C'est le nouvel an berbere: Asgwas Amegas 2964 à tous les berbères

Les enfants des mines de l'Imini sont informés avec constance des activités de l'Association AL MICHKAT par sa présidente-fondatrice Malika Abdeddine. Beaucoup ont connu autrefois la jeune Malika, la fille du chauffeur Oufint. Plusieurs sont allés la voir à Ouarzazate, plusieurs soutiennent l'association matériellement et affectueusement. Aujourd'hui c'est MAËLYS, une infirmière volontaire pour la coopération et le développement qui témoigne de la chance extraordinaire qu'ont les enfants d'avoir rencontré Malika et l'association AL MICHKAT. Une chance que d'autres enfants pourraient connaitre avec un plus grand nombre de soutiens. MAËLYS, que nous remercions pour son engagement à  ALMICHKAT introduit son témoignage par une belle phrase d'Antoine de Saint-Exupéry

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir mais de le rendre possible..."

Maëlys, 24 ans, infirmière diplômée d’État depuis mai 2011...

P1010870

« Voilà, maintenant quelques temps que Malika me demande d'écrire un article pour parler de mon expérience auprès de l'association AL MICHKAT... Me voilà convaincue , je me lance...

Depuis ma formation d'infirmière et mon expérience humanitaire au Maroc en tant qu'étudiante en 2009, j’ai toujours projeté de faire de l’humanitaire. En effet, il y a encore quelques années, en début de formation, l’évocation de l’humanitaire faisait voyager mon esprit jusqu’en Afrique noire ou encore jusqu’en Asie, où les médias mettaient en évidence les difficultés d’accès aux soins.

Maelys-Guiavarch-24

La chance de découvrir ce domaine m'a été donnée en 2009 par une association française qui cherche à développer des centres de soins dans les villages berbères autour de la ville marocaine de Ouarzazate, en m'accueillant pendant six semaines en tant qu'étudiante infirmière.

Au cours de ce stage, malgré toutes les difficultés rencontrées par le personnel, je suis restée admirative de l’optimisme et la dévotion qu’accorde le personnel soignant à leur profession et leur action auprès de leur association. L’esprit d’équipe, l'humanisme, le partage des savoirs sont bel et bien présents, malgré leur quotidien difficile.

AL MICHKAT-2013

Une chose m'avait aussi réellement touchée et interpellée: l'infime place des personnes en situation de handicap (que ce soit handicap physique, mental, social ou encore psychologique). Leur prise en charge était très précaire (accès aux soins difficile, conditions de vie minimales, peu d'enfants en situation de handicap scolarisés, difficultés d'accès à l'emploi, et donc recours aux fléaux de la société tels que la drogue, la prostitution, la mendicité...). Des associations commençaient tout juste à se mettre en place afin de favoriser une réelle prise en compte de la personne handicapée.

Maelys-Guiavarch-2013

Par ce voyage riche et inoubliable, j'ai réellement pris conscience qu’il suffit de se tourner et regarder chez nos voisins pour s’apercevoir à quel point nous sommes inégaux face au droit universel qui est : «Vivre et  être en bonne santé » !  

Suite à cette expérience, mon souhait était de pouvoir ainsi apporter une touche particulière à ma carrière, apprendre à soigner ailleurs et autrement, tout en m’ouvrant à de nouvelles populations, cultures et modes de vie. 

DSC_3083 - Copie

C'est pourquoi, par le biais d'une association de coopération et développement (INTERCORDIA) et en vue de l'obtention du diplôme universitaire en coopération et développement, j'ai fait le choix de partir neuf mois en mission de solidarité internationale  au profit des associations ouarzazia : AL BASMA et ALMICHKAT en faveur des enfants abandonnés et en difficulté sociale. Depuis maintenant quatre mois, j'offre ainsi mon temps à ces enfants et à Malika, la présidente de l'association AL MICHKAT.

Alala, Malika... Que dire... ?

Une de mes plus belles rencontres au Maroc depuis mon arrivée ici au Maroc !

Une femme qui mérite d'être connue! Depuis plusieurs semaines, j'entendais parler de « al michkat » et d'une certaine « Malika »... mais sans trop savoir de qui ni de quoi il s'agissait. Ce n'est qu'à la venue de deux bretonnes, Camille et Margaux, que j'ai vraiment eu la chance de faire sa connaissance ! Aucun regret ! Toujours le sourire malgré toutes les difficultés qu'elle peut rencontrer, c'est une femme dévouée que j'admire quotidiennement dans son combat pour protéger les enfants de son quartier des fléaux de la société tels que la prostitution, la drogue, le viol, la mendicité...

DSC_3088 - Copie

Elle y met toute son énergie pour maintenir l'association et guider ces enfants sur le droit chemin. Après la venue de Margaux et Camille qu'elle nous a si bien racontée, Malika a accueilli un groupe d'élèves de Baulon, présents sur Ouarzazate en voyage solidaire pendant quinze jours.

Nous avons profité de leur venue pour organiser la distribution des jouets de l'Achoura. Ce fut un après-midi festif marqué notamment par le sourire et la bonne humeur des enfants de maternelle. Chaque enfant ayant reçu un jouet, l'après-midi s'est poursuivi ensuite par un goûter et quelques danses entre français et marocains.

Le lendemain,,, surprise ! Malika avait réquisitionné un local du quartier pour y organiser une fête de bienvenue aux élèves bretons ! Un après-midi marqué par l'échange, le partage, la danse, le chant... Cinq jeunes demoiselles leur ont aussi fait découvrir le costume berbère de Ouarzazate. Je vous laisse découvrir cet après-midi festif en quelques photos.

Bref... Al Michkat s'est transformé depuis maintenant deux mois en mon rendez-vous quotidien. Ça me tient à cœur de venir tous les jours donner un peu de mon temps à Malika et tous ces enfants. Eux qui n'ont rien et qui pourtant sont prêts à tout donner.

DSC_3090 - Copie

Raconter et mettre des mots sur ce que je vis ici... Cela me semble bien difficile ! Tous ces moments d'échange, de partage, de rire... Jamais j'aurais pensé que de simples rencontres m'emmurait autant, qu'un simple « merci » me toucherait autant, que de simples accolades me bouleverseraient à ce point! Et aussi... jamais j'aurais imaginé m'attacher aussi vite aux personnes : que ce soit aux enfants ou à Malika... ! Je n'y avais pas forcément porté attention, m'imaginant partir en mission et y revenir après neuf mois retrouvant ma vie en France comme je l'avais laissé. Quelle illusion... ! Ce que je n'imaginais pas c'est qu'en neuf mois des liens forts se tissent et se renforcent au fil des jours.

En un mot : Une expérience unique... ! Et surtout un grand merci à Malika; sans elle, cette association n'existerait pas ! Malika mérite d'être aidée afin de poursuivre toutes ses actions en faveur de ces enfants... Toute aide telle qu'elle soit : temps, argent, parrainage d'enfants... Ce sont tous nos petits gestes qui les aideront, elle et les bénévoles de l'association, à faire de grandes actions !

Nous remercions Maëlys pour sa contribution personnelle à l'association Almichkat par son engagement sympathique et professionnel auprès des enfants et nous lui sommes reconnaissants aussi pour le récit illustré de sa période ouarzazie qu'elle partage avec nous. Nous lui souhaitons de réussir brillament son diplôme universitaire en coopération et développement, comme elle a réussi tous ses examens précédents et espérons continuer à recevoir de ses nouvelles.